HIGH LOW

Catherine Rannou est architecte, artiste, professeure titulaire à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Val de Seine. Elle est également chercheuse au Centre de Recherche sur l’Habitat (CRH), UMR LAVUE/CNRS 7218, qui se caractérise par une synergie interdisciplinaire (architecture, urbanisme, géographie, sociologie, anthropologie, sciences politiques, paysage) ainsi que par une implication dans les milieux non universitaires par des contrats de recherche et des inscriptions citoyennes.

Son expérience professionnelle a débuté dans les domaines de l’architecture (construction de logements sociaux) comme d’espaces publics ludiques (le Jardin des Dunes dans le Parc de la Villette à Paris), ce qui lui a valu d’être lauréate aussi bien du concours Europan que des Albums de la Jeune Architecture. Elle se poursuit désormais par une activité tant d’architecte que d’artiste multimédia, avec un intérêt tout particulier pour des constructions bioclimatiques expérimentales, pouvant être réalisées en auto-construction ou bien en situation de confinement extrême (Antarctique, Arctique).

À l’occasion de l’obtention d’une bourse « Villa Médicis Hors les Murs » et de l’Année Polaire Internationale, elle a rejoint des scientifiques qui travaillent en Antarctique. Elle a alors commencé un recensement au moyen de cartographies et de relevés des savoir-faire constructifs, ainsi que mené une enquête ethnographique, autour de « l’habité » en territoires extrêmes. La fiction l’Agence Internationale est une partie du résultat de ce travail.

Catherine Rannou a été missionnée pour conduire des études architecturales pour ces lieux extrêmes en 2019-2021, associée à l’architecte Jérôme Guéneau architecte et au bureau d’étude T/E/S/S.

Lauréate d’une bourse de la Berkeley Foundation, elle réalise en 2022 une résidence d’artiste-architecte « Listen to the Fire » avec Peter Bosselmann de UC Berkeley et Marc Dilet, architectes co-lauréats en partenariat avec le College of Environmental Design.

Depuis 2023 elle participe en tant qu’architecte et artiste au programme de recherche financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) intitulé « Aux avant-postes de la science : comparer les infrastructures scientifiques aux marges de la France d’Outre-mer – SciOUTPOST » (initié par David Dumoulin Kervran, IHEAL Université Sorbonne Nouvelle), qui théorise le concept d’avant-poste scientifique pour caractériser des lieux éloignés et relativement autonomes où les modes de vie entremêlent vie privée et vie professionnelle intensive, scientifiques et non-scientifiques, et qui croise les approches des études des sciences et techniques, de la sociologie politique, de l’anthropologie, de la géographie et de l’histoire.